Le blogue

Le titre de ce blogue, « La vitre cassée », n’a pas été choisi au hasard.  Il fait référence au Sophisme de la vitre cassée exposé par Frédéric Bastiat dans son célèbre essai publié en 1850: Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas.

À travers un texte simple et humoristique, Bastiat lance un avertissement. Pour mesurer avec justesse les conséquences d’un acte, d’un programme ou d’une politique économique, il ne faut jamais se fier aux apparences.  Il faut identifier tous  ses effets ; non seulement les plus évidents (ce qu’on voit) mais aussi ceux qui le sont moins ou qui sont carrément cachés (ce qu’on ne voit pas). Ainsi, pour Bastiat, il faut examiner non seulement les résultats immédiats d’une action, mais aussi ses résultats à plus long terme.  Il faut aussi envisager non seulement les résultats de cette action pour un groupe social donné, mais également pour les autres groupes de la sciété et le public en général.

Ce blogue propose d’appliquer le raisonnement de Bastiat et de ses successeurs à l’analyse des politiques économiques et sociales réclamées par les groupes de pression, proposées et adoptées par nos dirigeants, et souvent encensées par les médias.

%d blogueurs aiment cette page :