La guerre contre Egan-Jones

Souvent quand on pense à Wall Street, nous pensons aux grandes firmes de notation qui attribuent à divers produits une cote de crédit. Aux États-Unis, les trois grands sont Standard & Poors, Moody’s et Fitch. Pendant très longtemps, celles-ci avaient la confiance du public et personne ne questionnait leur sagesse. Durant la dernière crise, par contre, ils se sont fait prendre à attribuer des cotes AAA sur des produits combinés d’hypothèques à caractère très douteux, et dont le résultat a été catastrophique pour beaucoup d’investisseurs qui se croyaient en possession d’un bien sans risque. Un des problèmes de ces firmes, c’est que c’est l’émetteur du titre qui paie la note. Possibilité de conflit d’intérêt serait la façon polie de s’exprimer sur la chose..

Egan-Jones est une agence de cotes de crédit, mais plus petite. Ses rapports sont payés par les acheteurs des produits qu’ils évaluent, et non l’inverse. La firme a gagné une certaine notoriété l’an dernier quand elle a décoté les obligations des États-Unis, qui était auparavant AAA, devançant S&P de trois semaines. La firme a par ailleurs décoté les EUA à nouveau le mois dernier, pour les rabaisser de AA+ à AA. Une semaine plus tard, elle décotait JP Morgan de AA- à a+.

Selon l’avocat Alan Furetas: « Il n’y a pas une seule notation par Egan-Jones que la SEC n’a jamais donné ou suggéré comme n’étant pas de la plus haute qualité, précision ou intégrité ».

La firme Egan-Jones a récemment été le sujet d’une pièce de salissage dans le Wall Street Journal qui nous dit que la firme a reçu l’approbation de la SEC pour évaluer les obligations et autres titres « malgré de graves inquiétudes au sujet des procédures internes et le nombre d’employés de la firme ».

Selon la SEC, Egan-Jones n’a que 5 analystes et superviseurs. Les grandes firmes en ont chacune plus de 1,000. C’est l’horreur.. sauf si on prend compte du fait qu’Egan-Jones publie beaucoup moins de notations. En fait, elle publie 209 notations par analyste, tandis que S&P en sort 885 par analyste. Qui s’attarde le plus au détail, selon vous, en toute probabilité?

Mais l’histoire ne se termine pas avec cette étrange coincidence…

La firme a récemment reçu une notice de la SEC. Supposément que celle-ci a fait des « fausses déclarations matérielles » (« material misstatements ») quand elle a demandé la permission de la SEC pour évaluer la dette souveraine, municipale et des titres garantis par actifs (asset-backed securities).

« Dans ce qui serait une action sans précédent, la SEC pourrait chercher à punir la firme en lui enlevant son abilité d’émettre des notations officiellement reconnues sur des titres reliés à la dette gouvernementale et les ABS », selon le WSJ.

Selon Barry Ritholtz: « Here, we have an allegation of a specific error, made in good faith by Egan-Jones, over the course of doing business. At the same time, we have a broad set of systemic errors made by the two much-larger competitors, Moody’s and Standard & Poor’s. These two firms, by design, gave AAA rating to piles of junk paper. They did so because that was what they were paid to do by the underwriters. These were not good faith errors. They were instead a reflection of a wholly corrupted industry, designed to mislead investors and legitimize junk paper. Somehow, these two whales of corruption get a pass. I don’t get it.  »

Un autre example de comment simplement plus de réglementation n’aide en rien quand les bureaucrates utilisent leur pouvoir pour aider le pouvoir établi contre la compétition.

 

Publicités

Publié le 8 mai 2012, dans Étatisme, Economie américaine, Liberté économique. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :