Manifestation étudiantes: les victimes oubliées

Une petite pensée aujourd’hui pour une amie, mère de trois enfants, qui a eu le courage de retourner aux études l’an dernier en médecine nucléaire pour se perfectionner dans son emploi. Elle a participé à la « démocratie » étudiante pour protéger ses droits, et est en arrêt d’études depuis 10 semaines, sans recours. Comme elle est en congé sabbatique pour le temps de ses études, elle ne collecte pas de revenu durant toutes ces semaines d’oisiveté. Combien lui aura coûté ce boycott? 10 ans d’augmentations? 30 ans d’augmentations? Elle est une victime oubliée, elle et tous les adultes qui sont à l’école pour améliorer leur sort.

C’est la même chose pour les jeunes étudiants qui sont là pour apprendre et non pour changer le monde à coup de 325$… ceux qui graduent verront éventuellement le coût de la grêve, les mois perdus.. ces mois qui n’auront pas aidé leurs études (c’est pas grave, je peux les reprendre et ça ne me coûte rien!)… et en bout de ligne ces mois où ils n’auront pas travaillé ça va leur coûter cher éventuellement. Oops!

Publicités

Publié le 16 avril 2012, dans Éducation, Effets pervers, Politique québécoise. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :