La pire compagnie de 2012

Le site consumerist.com attribue annuellement, après un vote de ses membres, un « prix citron »  pour la pire compagnie des États-Unis. En 2008, la financière qui était à l’avant-garde de la crise des subprime a remporté la palme. En 2009, la compagnie d’assurance AIG, source de fraude énorme et qui a été sauvée par le gouvernement,  était l’heureuse élue. Des compétiteurs très sérieux quand à la médiocrité, sans aucun doûte. En 2012, nous avons sûrement quelques noms à proposer… Qui a gagné? Electronic Arts!

La compagnie d’édition de jeux vidéo a en fait remporté facilement, récoltant deux fois plus de votes que son plus proche rival, la financière Bank Of America.

Selon le site, pendant des années durant lesquelles les films et la musique sont devenus plus abordables et les publieurs ont ajouté des contenus boni, ou des méthodes de livraison multiples, comme une valeur ajoutée pour inciter les consommateurs à acheter, les jeux vidéo ont continué à être vendus comme des biens de luxe.

Ce péché, selon les lecteurs du site, est plus grave que d’être « un bénéficiaire de la largesse de l’État hyper-glouton dont la fraude sans limite et les conspirations criminelles feront les frais des contribuables jusqu’à la fin des temps »; pour emprunter une phrase de Matt Taibbi.

Les jeux vidéo trop dispendieux sont apparemment une infraction plus sérieuse à la confiance publique que de saisir une maison d’un acheteur qui a payé celle-ci comptant, ou en fait d’instaurer la pratique entière du « robosigning » qui a mis un brouillard épais sur le titre de propriété de millions de demeures… ou de vendre, en connaissance de cause, des Mortgage-Backed Securities sans aucune valeur à des fonds de pension.

Ne pas oublier non plus, le truc de Bank of America de l’automne dernier. La compagnie a prise en charge pour 21.6 trillions de produits dérivés sur son bilan, qui étaient auparavant sur celui de Merril Lynch, la maison mère. Et pourquoi ce gentil transfer d’actifs? Merrill Lynch n’étant pas une banque de dépots ne peut emprunter directement de la Federal Reserve Bank, et n’est pas garantie par l’assurance dépot de la  FDIC. ML a donc transféré ceux-ci à sa filiale Bank of America, qui a ces droits.. Je parie que cette manoeuvre sera source d’un gros article de ma part d’ici peu.

Mais bon, les jeux sont trop chers, et les compagnies qui les publient chargent encore plus pour des ajouts au jeu qui auraient dû faire partie de celui-ci initialement. Un combat à la fois, j’imagine..

Source: Consumerist

Publicités

Publié le 15 avril 2012, dans blablabla. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :