État Policier: Prisoniers garantis

À qui peut profiter la multiplication récente des lois et règlements aux États-Unis? Certainement, il y a un accroissement très rapides du pouvoir exécutif! Mais, y aurait-il aussi un intérêt financier à augmenter la complexité des lois et les chances de trouver une faute à quelqu’un?

Selon une lettre envoyée par la Corrections Corporation of America à des fonctionnaires de 48 états: « CCA is earmarking $250 million for purchasing and managing government-owned corrections facilities »

CCA est la plus grosse compagnie de prisons privées des États-Unis. Jusqu’à récemment, elle a fait son argent en construisant de nouvelles prisons ou en gérant des prisons déjà existantes.<

L’année dernière, son modèle d’affaires a commencé à changer quand elle a acheté directement une prison: la Lake Erier Correctional Institution. L’état de l’Ohio a reçu 72.7 millions en échange.

La lettre continue: “We want to build on that success and provide our existing or prospective government partners with access to the same opportunity as they manage challenging corrections budgets”

Voici ou ça devient plus inquiétant: L’arrangement en Ohio, et dans les arrangements futurs discutés dans cette lettre, sont conditionnels à un contrat de gestion de 20 ans pour CCA… et une garantie que la prison sera pleine à 90% !

Selon Shkyra Diaz de l’American Civil Liberties Union, cela devient un effet Pygmalion: “It becomes a self-fulfilling prophecy. In order to have it at 90%, you need to be able to make criminals to fill it at 90%.”

Déjà que les États-Unis ont une population carcérale énorme. En effet, ceux-ci comptent pour 5% de la population mondiale, mais pour 25% de la population carcérale mondiale!

Selon Chris Kirkham du Huffington Post, CCA a capitalisé sur l’expansion du système carcéral aux États-Unis avec la guerre aux drogues: “The company capitalized on the expansion of state prison systems in the ’80s and ’90s at the height of the so-called ‘war on drugs,’ contracting with state governments to build or manage new prisons to house an influx of drug offenders. During the past 10 years, it has found new opportunity in the business of locking up undocumented immigrants.”

Le rapport annuel de la compagnie ne s’en cache pas: “The demand for our facilities and services could be adversely affected by the relaxation of enforcement efforts. For instance, any changes with respect to drugs and controlled substances or illegal immigration could affect the number of persons arrested, convicted and sentenced, thereby potentially reducing demand for correctional facilities to house them.”



Publicités

Publié le 5 mars 2012, dans Étatisme, Justice, Libertés individuelles, Politique Américaine. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :