Un autre programme bidon

L’intimidation est un problème dans les écoles.  Le suicide de Marjorie Raymond a d’ailleurs boulversé le Québec.  Alors que fait la ministre de l’éducation, Line Beauchamp?  La seule chose que les politiciens savent faire :  injecter de l’argent et voter un projet de loi (#56)!

Rappelons que Québec injecte déjà 6 millions par année depuis 2008 pour lutter contre l’intimidation. Maintenant, on ajoute une loi selon laquelle « chaque école, privée ou publique, devra  adopter un plan de lutte contre l’intimidation, incluant des mesures de prévention, les actions à privilégier en cas de problème et les sanctions ou mesures disciplinaires à imposer au besoin aux délinquants. »  De plus, chaque commission scolaire devra préparer un rapport annuel faisant mention, pour chacune de ses écoles, du nombre d’actes d’intimidation commis, de la nature des actes et des interventions privilégiées. Ce rapport devra être transmis au ministre au plus tard le 30 septembre de chaque année.  La ministre de l’Éducation se donne également le pouvoir d’imposer à une commission scolaire ou à une école une sanction administrative pécuniaire lorsque sera constaté un manquement à la loi.

Que dit l’opposition?  Selon le parti québécois, le problème avec cette annonce réside dans l’absence de nouvelles ressources, financières et humaines. Quant à la Coalition avenir Québec, elle est d’accord quant au principe du projet de loi, mais elle émet des réserves sur la question des sanctions pécuniaires.

Pour ma part, même si je considère que l’intimidation est un problème, j’estime que l’argent et la loi 56 sont inutiles!

Quand j’étais au primaire et au secondaire (au millénaire passé!), il n’y avait pas (ou presque pas) de problème d’intimidation.  La raison est simple:  il suffisait de marcher de travers pour être expulsé de l’école.  Je me souviens de la directrice.  Dès que quelqu’un (un prof, un membre du personnel, ou même un camarade de classe) prononçait son nom, nous nous mettions tous à trembler.  Pour chacun de nous, l’idée d’être envoyé au bureau de la directrice était assez terrifiante pour nous dissuader de faire des bêtises. Quand elle désapprouvait un comportement, elle ne levait jamais le ton, mais elle nous lançait un regard qui nous ramenait rapidement à l’ordre.   Son secret?  Elle avait une tolérance zéro pour les parasites.  Nous connaissions les règlements et les sanctions.  Mais surtout, nous savions qu’elle n’hésiterait pas à appliquer lesdites sanctionner. Pourtant, il n’y avait ni loi ni campagne de sensibilisation ni psychologue à l’école, et elle n’avait aucune ressource financière dédiée à la discipline.  Elle n’avait rien … mais elle avait une main de fer!

Aujourd’hui, les directeurs d’école n’ont plus de pouvoir.  Ils doivent demander l’autorisation à la commission scolaire pour tout et n’importe quoi, et l’expulsion d’un élève est un cas exceptionnel.  Sans sanction, il est difficile, voir impossible, d’imposer la discipline.  Or, qui a retiré aux directeurs d’école leurs pouvoirs?  Le ministère de l’éducation et les commissions scolaires!  Les directeurs d’école ont les mains liées.  Il ne faut donc pas être surpris si les comportements délinquants sont à la hausse.  Jusqu’à un certain point, c’est le mode de fonctionnement des commissions scolaires qui est responsable du suicide de Marjorie Raymond.

Encore une fois, par son ingérence, l’État cause un problème.  Puis, pour corriger le problème, il crée un programme qu’il finance avec  l’argent des contribuables, et vote des lois contraignantes qui augmentent la bureaucratie et qui permettent de justifier le salaire des fonctionnaires.

En fait, ce n’est pas ni le manque d’argent ni l’absence de loi qui expliquent l’intimidation.  C’est l’absence de discipline!!!  Au lieu de pondre un autre programme bidon, la ministre devrait plutôt donner aux directeurs d’école carte blanche pour gérer eux-mêmes les cas d’intimidation .  Ça ne couterait rien aux contribuables, et ça serait infiniment plus efficace! Après tout, si les directeurs d’école d’autrefois savaient imposer la discipline, pourquoi ceux d’aujourd’hui en seraient-ils incapables?

Publicités

Publié le 18 février 2012, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. «Tolérance zéro envers les parasites.»

    C’est quoi ça, un citation de Mein Kampf?

  2. Pierre-Yves St-Onge

    Ce qui m’avait troublé dans cette histoire de suicide, c’est le cas de double intimidation qui a mené à cette tragédie. On parle beaucoup de l’intimidation dont Marjorie a subit, mais on discute peu de l’intimidation que la mère a subite, en provenance du système – » si vous n’envoyez pas votre fille à l’école, nous contacterons la DPJ pour qu’elle vous retire la garde de votre enfant. » L’état a le dernier mot sur ce qui est bon ou mauvais pour nos enfants, et notre pouvoir en tant que parent est ultimement limité par le caprice des fonctionnaires.

    Pour ce qui est de la loi, il n’y a rien de surprenant, c’est le modus operandi de l’état. Un problème apparent? On mets une nouvelle réglementation pour calmer la population, et on passe à autre chose.

  3. «Tolérance zéro envers les parasites.»

    Si vous aimez les parasite, vous devriez accepter de me laisser vivre chez vous, à vos frais (pour mon logis, ma nourriture, mes vêtements et mes loisirs). De toute manière, être contre les parasite c’est du nazisme right?

    Put your feet where your mouth is.

    • Désolée, mais je ne comprends pas votre commentaire. Je parle d’une directrice qui ne tolérait pas les parasites, c’est-à-dire qu’elle ne tolérait pas les élèves qui dérangeaient et qui nuisaient au maintien d’un bon climat à l’école. À mon époque, on appelait ça de la discipline.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :