M. Lisée veut mettre la droite K-O

Réponse à la réplique de JF Lisée relativement à ce billet : ici

Je ne pouvais pas rester sans réaction suite au texte de J-F Lisée (ici).  Il y fait la promotion de son prochain livre « Comment mettre la droite K-O en 15 arguments ».

Il parle notamment du taux de suicide au Québec.  Voici un extrait:

Saviez-vous que le taux de suicide, au Québec, n’est pas parmi les plus élevés au monde? Qu’il n’est pas parmi les cinq premiers ? Ni les 20 premiers ?

Comme vous, je croyais que le Québec était un champion du suicide, symptôme de grave dysfonction de notre société. Or ce taux se loge au 26e rang, derrière des pays où il fait bon vivre comme la Finlande, la Belgique, la France ou la Suisse.

Quel rapport avec la droite ? Le voici : à lire tout ce qu’elle dit et écrit sur la « médiocrité » de l’économie québécoise, l’enfer fiscal qui nous brule, le corporatisme et la sclérose que nous imposent l’État, les syndicats et la gauche, notre endettement catastrophique, notre niveau de vie anémique, notre faible productivité, notre propension à ne pas travailler, bref, sur notre immobilisme, une très grande question s’impose à nous. Mais pourquoi donc notre taux de suicide n’est-il pas parmi les plus élevés au monde ?

Voici ce que M. Lisée ne nous dit pas :

Source:  ici

Pour paraphraser M. Lisée :  Mais pourquoi donc notre taux de suicide est-il le plus élevé au Canada ?

Quant à la comparaison au niveau international, voici ce qu’affirme l’Institut de la Santé publique du Québec:

Le taux ajusté de décès par suicide enregistré chez les hommes en 2006 se situe parmi les pays ayant les plus haut taux de mortalité par suicide (Figure 14), comme la Finlande (27 décès par 100 000), le Japon (30 décès par 100 000) et la France (24 décès par 100 000).  Du côté des femmes, la situation du Québec sur le plan international semble légèrement meilleure, alors que le taux ajusté de décès par suicide enregistré en 2006 dans la moyenne des pays retenus (Figure 15).

Publicités

Publié le 24 janvier 2012, dans Étatisme, Modèle Québécois, Mythes économiques. Bookmarquez ce permalien. 17 Commentaires.

  1. Réponse de la sophiste en chef: on est peut-être pas les pire au monde mais j’ai des documents scannés tcheap qui démontrent qu’on est les pires au Canada. C tout !?!?!

    C’est faible.

    Ça vas prendre plus que ça pour convaincre les Québécois de se détester assez pour appuyer l’idéologie que Mme défend

  2. Bonjour,
    Je suis impressionné par la rigueur de votre démonstration. Effectivement, le Québec est un endroit dans le monde où le taux de suicide est le plus élevé malgré une baisse de 4% par année depuis 1999.

    Qu’est-ce qui explique cette position peu enviable? Il y bien évidemment des raisons culturelles et sociales. Toutefois je voulais vous indiquer aussi que le Québec a une comptabilisation des suicides très précise car tous les décès sont enquêtés. Nous savons que les données concernant le suicide sont exactes. Tous les pays ne peuvent en dire autant.
    Merci.

    -Luc Massicotte, coordonnateur mobilisation pour l’Association québécoise de prévention du suicide

  3. L’argument premier de Lisée sur le suicide, même s’il s’était avéré vrai, était risible. Passer le KO à la droite parce que le taux de suicide serait OK? Du gros n’importe quoi. Ce serait trop long lister toutes les raisons pour lesquelles cet argument est de qualité médiocre.

    Mais là, le plus drôle? Nathalie Elgrably-Levy nous démontre qu’en tenant compte du taux ajusté par structure d’âge, les faits rapportés par Lisée ne tiennent même pas la route. Selon la logique de Lisée, voilà un argument de taille pour mettre la gauche K.O. Bien sûr que non, ce ne sera pas sa conclusion…les idéologues cherchent pas des conclusions à partir de faits, ils cherchent des faits pour soutenir leurs conclusions.

    ——————————–

    Bonus @David LeBoeuf : c’est triste avoir si peu de contenu et parler de sophismes et terminer son message avec un straw man hors-sujet. Triste.

  4. « les idéologues cherchent pas des conclusions à partir de faits, ils cherchent des faits pour soutenir leurs conclusions »

    Je crois pouvoir dire sans risque qu’une économiste qui parle de sociologie (taux de suicide) cadre tout à fait dans cette définition.

    Voici ce qui est écrit entre les lignes: Le Québec a beaucoup d’état et de programme sociaux censés aider les gens. Voyez, cela ne marche pas! L’état est donc inutile -voir nuisible- et nous pouvons donc le réduire.

    • Pourquoi ne pas simplement lire ce qui est écrit plutôt que de m’attribuer des intentions. Ce que les graphiques montrent, c’est que les stat que Lisée utilise ne sont pas confirmées par celles de l’Institut de la santé publique du Québec. Qui donc fait erreur.

  5. Allez revoir le blogue de Lisée qui tente maintenant de se sortir de cette toile d’araignée…

  6. Lisée fait une belle démonstration de la mauvaise foi et de la malhonnêteté intellectuelle de la droite:

    Mme Sophisme dit :
    « Pourquoi ne pas simplement lire ce qui est écrit plutôt que de m’attribuer des intentions. »

    Lisée dit :
    « …. Ils ne se sont pas demandé comment j’en venais à une conclusion différente de celle de l’Institut. Ils n’ont pas attendu (on parle ici de deux universitaires) de lire le livre et de vérifier les sources. Ils ne m’ont pas écrit pour les obtenir (ce qu’un internaute a fait). »

    Comment expliquer ce grossier manque de rigueur?

    Nous ne sommes manifestement pas dans un débat d’idée entre universitaires ici, le jupon dépasse trop. Nous sommes dans le choix, à la pièce, d’éléments renforçant la toile de fond d’une idéologie.

    Comme disait l’autre :
    “les idéologues cherchent pas des conclusions à partir de faits, ils cherchent des faits pour soutenir leurs conclusions”

  7. Oh boy… Êtes-vous OK Mme? Ou KO? De la mauvaise FOI dans toute sa splendeur !

    “On ne paie jamais trop cher une bonne leçon” 🙂

  8. Voici les stats pour 2009… http://www.inspq.qc.ca/publications/notice.asp?E=p&NumPublication=1204

    On n’a qu’à faire la comparaison avec les autres pays sur le site de l’OMS pour comprendre que vous êtes dans le champ.

    Pas juste ça, remarquez que vos tableaux montrent des « pays sélectionnés »… pas tous les pays. En plus d’être passé date.

    J’espère que vous aurez le courage d’autoriser ce commentaire.

    Bonne journée!

  9. Vous voulez un bel exemple de sophisme et de mauvaise foi?
    Quand Mme dit : “Un étatiste qui refuse les données du gouvernement qu’il défend? Passons! »

    Comme si le fait de faire confiance aux services publics pour améliorer le sort des gens nous faisait entériner tous les lignes, de tous les rapports, de tous les organismes gouvernementaux.

    Ridicule!

    Ensuite, à la lecture des deux billets, Mme semble en plein débat avec elle-même. Nous allons donc la laisser baigner dans son jus.

    La prochaine fois que vous parlerez publiquement du taux de suicide, vous nous direz quelle partie de votre personne a gagné le débat.

    La prochaine fois que vous critiquerez les positions d’une personne, vous nous direz si vous avez fait les vérifications que nous nous attendons des détenteurs de prestigieux diplômes universitaires.

  10. Bon, alors nous sommes 26em sur 105 et 9em sur 34, d’accord ; or, ce que je j’entends à répétition (radio de québec principalement), c’est que nous sommes les pires au monde. Mais je ne veux pas débattre des taux relatifs de suicide, l’angle du suicide est peut-être mal choisi car je ne crois pas que la droite « aime » les hauts taux de suicide.

    Cependant, ce qui m’intrigue, et c’est, je crois, l’essentiel du propos du propos de Lisée, c’est le dénigrement systématique du Québec. On dit que le Québec est un enfer fiscal, un état endetté à l’os qui vit grâce à la péréquation canadienne. Peut-être veut-on amener les gens à réagir, mais est-ce la meilleure façon?

    Je prends pour hypothèse que les partisans de la droite sont pas des monstres et qu’ils veulent eux aussi le bien du Québec. Et si on tenait un discours du genre de : « Le Québec est très endetté, cependant en tenant compte de la dette nette, donc de l’actif et du passif, nous sommes dans la moyenne de l’OCDE. Notre situation est préoccupante mais pas sans espoir. Nous avons des forces sur lesquelles miser, nous sommes par exemple que l’Ontario depuis telle année (ce n’est pas rien). Nous pourrions donc faire telle ou telle chose. » Ce genre de discours ne trouverait-il pas un meilleur écho dans la population? Ne verrait-on pas un discours de leadership et de vision plutôt qu’un discours de pisse-vinaigre?

    On dit que l’estime de soi est essentielle à la réussite d’un enfant. Je crois, peut-être suis-je fou, qu’il y a quelque chose comme l’estime de soi des peuples.

    Michel Patrice
    michel.patrice.qc@gmail.com
    http://michelpatrice.wordpress.com

  11. « On n’a qu’à faire la comparaison avec les autres pays sur le site de l’OMS pour comprendre que vous êtes dans le champ. »

    Ça vous prend quels chiffres pour comprendre que Lisée est dans le champ. Allez donc lire un complément à http://www.antagoniste.net (25 janvier 2012)

    «Mais d’où vient cette fameuse statistique voulant que le Québec se classe 26e ? Hé bien la source de cette information est… WIKIPEDIA !!! Ce n’est pas une blague, c’est Lisée lui-même qui le dit dans un billet publié cet été !

    Passons outre le fait qu’un argument construit à partir de Wikipedia est franchement risible, étant donné que l’on y collige une multitude de chiffres provenant de sources disparates, souvent invérifiable et utilisant des méthodologies différentes… Donc arriver à une 26e, on doit inclure dans le classement des pays tels que: la Lituanie, la Guyane, le Kazakhstan, Le Belarus, le Sri Lanka, la Moldavie, l’Uruguay ou l’Afrique du Sud… Jean-François Lisée est-il vraiment en train de nous dire que tout va bien au Québec parce que nous faisons mieux que la fucking Guyane !!!

    Sans blague…

    Pour une analyse plus sérieuse, on peut consulter les statistiques Éco-Santé produites par l’OCDE et le gouvernement du Québec, l’avantage étant que la méthodologie servant à compiler les données est constante.

    Le résultat est beaucoup moins sexy que ceux présentés par Jean-François Lisée… Mais, soyons honnêtes, si l’on enlève du classement le Luxembourg, la Suisse, la France, l’Autriche, la Pologne, l’Islande, la Nouvelle-Zélande, la République tchèque, le Chili, la Slovaquie, la Suède, les États-Unis, le Canada, l’Irlande, le Danemark, la Norvège, l’Allemagne, l’Australie, le Portugal, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie, Israël, le Mexique et la Grèce, alors le Québec obtient la médaille d’or ! »

    source: antagoniste.net 25 janvier 2012

  1. Pingback: Société - Pourquoi la droite aime les haut taux de suicide | Le blogue de Jean-François Lisée

  2. Pingback: M. Lisée veut mettre la droite K-O: partie 2 « "La Vitre Cassée"

  3. Pingback: M. Lisée veut mettre la drite K-O: partie 4 – La natalité « "La Vitre Cassée"

  4. Pingback: M. Lisée veut mettre la droite K-O : partie 5 – La Dette « "La Vitre Cassée"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :