Le début de la fin du contrôle des loyers?

En économie, un des meilleurs examples des effets pervers des politiques de plafonnage des prix est le contrôle des loyers.

Les locataires, en général, applaudissent cette politique car ils n’en voient que l’effet direct sur leur porte-feuille: un loyer plus bas qu’il l’aurait été.

Par contre, il y a toujours des effets secondaires aux politiques:

  • La baisse de revenu d’un logement baisse sa valeur sur le marché.
  • La difficulté de récupérer les sommes investies se traduisent en une baisse des investissements des propriétaires en entretien et améliorations des logements.
  • La difficulté d’attirer des loyers intéressants nuit à la construction de nouveaux logements (pénurie des logements)

La Cour Suprême des États-Unis pourrait cette année revoir la constitutionalité de ces mesures dans des villes comme New-York. Ça sera à suivre!

Publicités

Publié le 21 janvier 2012, dans Eco 101, Effets pervers. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :