Archives Mensuelles: septembre 2011

La technologie au service de Big Brother

Un lecteur a attiré mon attention sur une nouvelle qui m’a fait froid dans le dos.

La  Federal Reserve Bank of New York a l’intention de développer ce qu’elle nomme:   « Sentiment Analysis And Social Media Monitoring Solution ».

Autrement dit, elle entend développer un système qui compilera TOUT ce qui est dit ou écrit sur toutes les plateformes à son sujet.  Elle surveillera donc Facebook, Twitter, les blogues, les Forums et YouTube. Elle compte également garder à l’œil les médias comme CNN, WSJ, Factiva etc. »

Les propos qui lui sont favorables ne devraient pas trop la déranger … mais que fera-t-elle avec ceux qui dénoncent ses agissements?  Chose certaine, si elle déploie autant d’efforts pour surveiller ce qui se dit, il est difficile de croire qu’elle ne se servira pas des informations ainsi recueillies!

Voici quelques extraits du document.  Il a au moins le mérite d’exprimer ouvertement les intentions de la Fed.

« The intent is to establish a fair and equitable partnership with a market leader who will who gather data from various social media outlets and news sources and provide applicable reporting to FRBNY. This Request for Proposal (« RFP ») was created in an effort to support FRBNY’s Social Media Listening Platforms initiative. »

« Social media listening platforms are solutions that gather data from various social media outlets and news sources.  They monitor billions of conversations and generate text analytics based on predefined criteria.  They can also determine the sentiment of a speaker or writer with respect to some topic or document. »

« Identify and reach out to key bloggers and influencers »

« The solution must be able to gather data from the primary social media platforms –Facebook, Twitter, Blogs, Forums and YouTube. »

« The solution must provide real-time monitoring of relevant conversations.  It should provide sentiment analysis (positive, negative or neutral) around key conversational topics. »

« The solution should provide an alerting mechanism that automatically sends out reports or notifications based a predefined trigger. »

Le document complet peut être consulté ici.

Le pire, c’est qu’elle arrivera certainement à ses fins, notamment en raison de compagnies comme TLO qui développent des mégas banques de données.  Voici ce que TLO peut faire:

Developed initially to help cops catch child predators, TLOxp offers trillions of records on individuals and businesses from about 100,000 sources of data. Lawyers, fraud investigators, debt collectors, and others use the system to find a person’s employers, co-workers, education history, mobile-phone numbers, liens, car titles, and more. Even scraps of data can lead to an information trove. Feed TLOxp an age range, a first name, and a few Zip Codes, for instance, and it’ll spit out a list of people that fit all the attributes. It also grabs the public information posted on social-media sites like Facebook.

Quel monde allons-nous laisser à nos enfants?????

Publicités

The Road to Serfdom

The Road to Serfdom is among the most influential and popular defense of free market capitalism.  The book was written by the Austrian-born economist and philosopher Friedrich von Hayek in the early 1940’s.  Hayek contends that central planning of the economy inevitably leads to tyranny.  That rejecting individualism, freedom and free market capitalism leads to oppression and tyranny, in other words serfdom of the individual.

Everyone should read the book!  But here is a 5 minute cartoon version.

Now here is a sample of America’s Road to Serfdom

Democratic Governor of North Carolina Bev Perdue calls to suspend elections…

Peter Orszag, former Director of the Office of Management and Budgetunder President Barack Obama and now Vice Chairman of Global Banking at Citigroup wrote in The New Republic an article where he claims that:

To solve the serious problems facing our country, we need to minimize the harm from legislative inertia by relying more on automatic policies and depoliticized commissions for certain policy decisions. In other words, radical as it sounds, we need to counter the gridlock of our political institutions by making them a bit less democratic.

This follows numerous articles by New York Times columnist Thomas Friedman praising China’s one party autocratic rule.  Among which we can find this gem:

One Party Democracy

There is only one thing worse than one-party autocracy, and that is one-party democracy, which is what we have in America today.

One-party autocracy certainly has its drawbacks. But when it is led by a reasonably enlightened group of people, as China is today, it can also have great advantages. That one party can just impose the politically difficult but critically important policies needed to move a society forward in the 21st century.

L’Amérique contre-attaque… les syndicats

Voici une série de publicités destinées à faire prendre conscience aux Américains que les syndicats usent de pratiques inadmissibles et souvent immorales. Ces clips s’appliquent parfaitement bien au contexte québécois.  N’est-il pas de temps que nous réagissions nous aussi à l’impérialisme syndical qui étouffe notre Belle Province?

L’intervention tue l’économie

Les villes américaines qui enregistrent les plus hauts taux de chômage sont les suivantes:

  1. El Centro – Californie: 32,4%
  2. Yuma, Ariz. 29.4
  3. Merced, Calif. 17.5
  4. Yuba City, Calif. 17.0
  5. Stockton, Calif. 16.1
  6. Modesto, Calif. 16.0
  7. Fresno, Calif. 15.8
  8. Visalia-Porterville, Calif. 15.7
  9. Hanford-Corcoran, Calif. 15.3
  10. Palm Coast, Fla. 14.9

Dans 8 cas sur dix, il s’agit d’une ville de Californie.  Dans le classement des États en fonction de leur degré de liberté économique (que l’on peut consulter ici), la Californie arrive en 48e position.  Pure coïncidence?  J’en doute …

Les villes américaines qui enregistrent les plus bas taux de chômage sont les suivantes:

  1. Bismarck, Dakota du Nord: 3%
  2. Lincoln, Nebraska: 3.6%
  3. Fargo, Dakota du Nord: 3.9%
  4. Portsmouth, New Hampshire: 4.4%
  5. Rapide City, Dakota du Sud: 4.5%
  6. Sioux Falls, Dakota du Sud: 4.5%
  7. Omaha, Nebraska: 4.6%
  8. Burlington, Vermont: 4.6%
  9. Midland, Texas, 4.8%
  10. Houma-Bayou Cane-Thibodaux, Louisiana, 4.9%

Dans 5 cas sur 10, il s’agit de villes situées dans des États classés parmi ceux qui sont économiquement les plus libres:  New Hampshire (1er),Dakota du Sud(2e), et Dakota du Nord(10).  Les 5 autres villes arrivent également relativement haut dans le classement.

Une preuve de plus que l’intervention tue l’économie!

Quand les bêtises coulent à flots

Le Journal de Montréal rapporte que pour attirer la clientèle, surtout les filles, de nombreux bars offrent de l’alcool gratuitement ou à rabais même si la loi l’interdit.

Il n’en fallait pas davantage pour que nos «gardiens de la moralité» en mal d’intervention étatique  s’indignent comme des vierges offensées.

Pour eux, les bars se servent des femmes comme d’un outil de marketing.

Ils ont parfaitement raison sur ce point!  Mais de là à considérer que les femmes sont de pauvres victimes innocentes de l’industrie …. un instant!

  1. Ces femmes sont-elles obligées de fréquenter ces bars ou y vont-elles de leur propre chef?
  2. Est-ce elles qui portent les verres à leurs lèvres, ou y a t-il quelqu’un chargé de les gaver malgré elles?
  3. Sont-elles forcées de consommer jusqu’à l’ivresse ou peuvent-elles se contenter d’une seule consommation?
  4. Sont-elles d’accord pour servir d’outil marketing en échange de consommations gratuites?

Les bars ne forcent personne.  Il n’y a aucune coercition dans les faits rapportés.  Les femmes prennent leurs décisions de manière libre et volontaire, alors où est le problème?

Encore une fois, le discours ambiant fait fi de la responsabilité individuelle, et les propositions étatiques pour remédier au «problème» et pour protéger les gens contre eux-mêmes se bousculent.  Des interventions qui, une fois de plus, auront pour effet de déresponsabiliser et d’infantiliser les individus.

Désolée, mais les gens sont capables de penser par eux-mêmes et de prendre leurs décisions!  Certains font des choix en accord avec nos valeurs et nos standards, d’autres non.  Il faut l’accepter.  Chacun n’est-il pas propriétaire de son corps?

Quelle est donc ce réflexe collectiviste de toujours vouloir s’immiscer dans la vie des autres et, comme dans ce cas, de tenter de gérer les plaisirs et les habitudes de vie des autres?  Bref, de quoi l’État se mêle-t-il? Nos corps ne lui appartiennent pas!

Les milliardaires et l’impôt

Après W. Buffett qui implore Washington d’augmenter l’impôt des plus riches, c’est au tour d’un autre milliardaire, le maire de New York Michael Bloomberg, de renchérir sur le sujet.  Dans son cas, taxer les plus riches est insuffisant … voici ce qu’il a déclaré:

If you’re going to raise taxes, you’re going to have to raise taxes on everybody. I would suggest 2 or 3 percent on everybody.

Bloomberg a raison:  augmenter l’impôt des plus riches ne permet pas de réduire le déficit.  Mais il se trompe en pensant qu’augmenter l’impôt pour tout le monde est la solution.  L’impôt tue le travail … dans un contexte où le travail se fait rare, le taxer (et donc le décourager) davantage n’est vraiment pas l’idée du siècle!  Et puis, qui dit que les nouvelles entrées fiscales iront à la réduction du déficit?  Vu la feuille de route de Washington, il est probable qu’elles servent à financer d’autres programmes collectivistes ou à aider des compagnies chou-chou de la classe politique.  Il suffit de penser à l’aide apportée à Solyndra pour avoir peur de mettre plus d’argent entre les mains de Washington.

Éco 101: la crise était facile à prévoir!

Aujourd’hui, tout le monde semble s’entendre sur le fait que l’Amérique est dans un affreux bourbier.  Tout le monde semble également d’accord sur le fait que les plans de sauvetage, les plans de relance, et l’assouplissement quantitatif (i.e. l’impression de monnaie) n’ont pas donné les effets escomptés.  En fait, les économies américaine et européenne vont plus mal que jamais, et une autre récession est à nos portes.

Pourtant, tout ceci était facile à prévoir.  J’ai d’ailleurs souvent été une prophète de malheur dans mes chroniques pourle Journal de Montréal.  Entre autres, le 30 novembre 2008, j’écrivais:

Pour remédier à une crise causée par le crédit facile, le gouvernement des États-Unis s’engage, entre autres, à racheter pour 700 milliards de dollars d’actifs invendables, tandis que la Fed injecte des centaines de milliards de liquidités.

L’intention est louable, mais le plan de sauvetage ne remettra pas l’économie sur ses rails. Pis encore, ce plan l’enfoncera dans un profond marasme et retardera tout espoir de reprise.

Pourquoi pareils propos:? tout simplement parce que les politiques keynésiennes sont, au mieux, stériles et qu’on ne s’enrichit pas en s’endettant!!!   ici, ici, ici, ici.  Friedrich Hayek (Nobel d’économie, 1974) avait d’ailleurs magistralement anéanti la théorie keynésienne.

J’avais également écrit le 15 juillet 2009 que :

…ceux qui ont adopté d’ambitieux plans de relance se trouveront avec une dette colossale à rembourser, ce qui prolongera la récession et ralentira la reprise.

Puis, le 27 août 2009:

Les conditions à l’origine de la crise sont toujours présentes. Le rebond américain est artificiel et temporaire, car les fondements de l’économie sont inchangés.

Il y a aussi ici, et ici :  «il est prématuré de déclarer la fin de la récession. Peut-être même que le pire reste à venir».

Maintenant, soyons clair:  je n’ai absolument pas la prétention d’être une économiste exceptionnelle, loin de là.  En vérité, ces prédictions étaient très faciles à faire, il suffisait pour cela d’avoir un minimum de  GBSE … gros bon sens économique !

En effet, la récession était causée par un endettement excessif. Or, les plans de relance partent d’un principe illogique selon lequel il faut dépenser et s’endetter pour s’enrichir. Les États-Unis ont défié le gros bon sens en voulant résoudre un problème d’endettement en s’endettant davantage. Ils ont refusé de considérer qu’il faut d’abord épargner et s’enrichir pour pouvoir ensuite dépenser.

Nous sommes fin 2011 et rien ne va plus.  Or, les gouvernements s’entêtent à dépenser pour relancer l’économie.  Alors voici une autre prédiction:  tant que les États continueront à annoncer des plans de relance et à s’endetter, les troubles économiques perdureront et s’aggraveront!

Écologie à couper le souffle

Avant de me faire traiter d’ennemi de la nature, j’aimerai préciser que j’estime que l’être humain doit faire son possible pour respecter l’environnement.  Tout raisonnement économique repose sur 2 prémisses: (1) les ressources sont limitées, et (2) les besoins sont illimités (ou tout au moins, les besoins sont supérieurs à la quantité de ressources nécessaires pour les satisfaire).  Par conséquent, il faut éviter le gaspillage …. y compris en matière d’environnement.

Cela dit, je n’accepte pas ce qui semble être l’un des fondements de la pensée écolo, à savoir que les droits, des arbres, les ours ou des grenouilles ont préséance sur ceux de l’être humain.   Pour moi, l’être humain n’est pas un parasite sur la terre, c’est une espèce vivante au même titre que toutes les autres, et la vie d’une personne ne devrait pas passer APRÈS des considérations écolo…. surtout vu l’absence de consensus sur la question du réchauffement climatique!

Mais le président Obama ne semble pas de mon avis.  Il entend interdire certains inhalateurs sur lesquels les asthmatiques dépendent pour respirer.  Ces inhalateurs contiennent des CFC qui nuiraient à la couche d’ozone.  Dès la fin de l’année, les malades n’auront plus accès aux traditionnels inhalateurs en vente libre au coût de 20$, ils devront plutôt rencontrer leur médecin pour se se faire prescrire des inhalateurs «écolo» qui couteront de 30 à 60$ (et qui, semblerait-il,  ne conviennent pas à tous).

Est-ce qu’il est vraiment nécessaire de cibler les asthmatiques?  La santé de la couche d’ozone dépend-t-elle vraiment de ces inhalateurs?  Alors que les Américains rencontrent d’importantes difficultés économiques, est-ce  le moment d’augmenter le coût de leurs médicaments et les forcer à payer des visites chez le médecin?

Surtout, pourquoi s’en prendre aux inhalateurs alors que Washington à tout récemment décidé de suspendre l’application des nouvelles normes  pour limiter les polluants atmosphériques qui causent le smog?  Pourquoi faire de l’écologie à géométrie variable?

… il faut croire que le lobby des asthmatiques n’est pas très puissant!

Sauver le sauveur ?

Christine Lagarde, directrice du FMI,  a déclaré aujourd’hui ce qui suit:

Les ressources du Fonds monétaire international sont « confortables » pour les nécessités actuelles, mais « font pâle figure » par rapport aux besoins potentiels de certains pays, a estimé sa directrice générale, Christine Lagarde, dans un plan d’action publié samedi. « Il sera utile de discuter, bientôt, des besoins », explique-t-elle dans ce texte. « Nous devons être prêts à répondre rapidement, de manière flexible et, si possible, sur une échelle plus grande », ajoute-t-elle.

Selon elle, « cette situation renforce quoi qu’il en soit l’importance d’une application rapide de l‘augmentation des quotes-parts » décidée en 2010. Cette réforme prévoit le doublement des quotes-parts du FMI (à savoir les ressources permanentes apportées par les États membres), mais n’a pas encore été ratifiée par un nombre suffisant de parlements nationaux pour entrer en vigueur.

Récapitulons les faits:

  1. Les pays membres du FMI versent des quotes-parts.
  2. Ces quotes-parts permettent au FMI de financer des plans de sauvetage (ex: la Grèce).
  3. Beaucoup de pays sont tellement endettés, que le FMI s’attend à devoir les aider financièrement…. mais le FMI craint de ne pas avoir les ressources nécessaires.
  4. Le FMI demande de doubler les quotes-parts des pays membres.

Ainsi,

– les pays financièrement responsables se trouvent à payer la facture pour ceux qui ne le sont pas:

– le FMI demande un plan de sauvetage pour pouvoir continuer à sauver les pays les plus endettés.

Mais quand nos dirigeants comprendront-ils que l’injection de monnaie n’est pas la solution, mais bien le problème.  Quand nos dirigeants comprendront-ils que la crise de la dette souveraine n’est que le symptôme, et que le véritable mal, c’est la crise de l’État providence?

Tant que le mal n’aura pas été clairement identifié et reconnu, aucune remède ne sera efficace!

Racistes, les Américains?

Vous n’approuvez pas les politiques d’Obama?  Vous croyez qu’il devrait réduire les impôts et cesser de dépenser?  Selon Morgan Freeman, votre prise de position ne peut être expliquée que par une seule chose:  vous êtes raciste!

Pendant ce temps, on apprend que:

Herman Cain wins Florida Republican straw poll

ORLANDO, Fla., Sept 24 | Sat Sep 24, 2011 5:51pm EDT

(Reuters) – Republican U.S. presidential candidate Herman Cain won an upset victory in the nonbinding straw poll sponsored by the Republican Party of Florida on Saturday, beating out seven other candidates including front-runner Rick Perry.

The straw poll has been considered an important test of strength in a state crucial to victory in the November 2012 U.S. presidential election.

Alors, est-ce vraiment parce que les Américains sont racistes qu’ils critiquesnt les politiques actuelles de la Maison Blanche?

Einstein aurait-il fait erreur?

Bon, c’est vrai que la physique n’est vraiment pas mon domaine, mais cette nouvelle est tellement importante que je devais la partager: des scientifiques auraient identifié des particules se déplaçant plus vite que la lumière!!!  Ça ne nous épargnera pas une récession, ça ne règlera pas le cas de la dette américaine,et ça ne changera rien à l’immobilisme de notre Belle Province, mais c’est tout de même incroyable.

Cela dit, si on est prêt à remettre en question E= MC², ne pourrait-on pas en profiter pour  réfléchir aussi sur la théorie keynésienne et la soi-disant efficacité des plans de relance?

Obama : d’hier à aujourd’hui

Hier :  Lors de l’élection de Barack Obama, certaines personnes voyaient en lui le messie.  Il était littéralement adulé.  C’était le cas de Pegguy Joseph (clip ci-dessous).  Mme Joseph n’était pas un cas isolé.  Elle était même assez représentative d’une portion non négligeable des électeurs qui avaient voté pour Obama.  Je me demande ce qu’ils pensent de leur président maintenant….

Aujourd’hui: 

Source:  Approval Rating for Obama

Ôde à ma voiture

C’est la journée en ville sans ma voiture.  Certains y voient une initiative louable.  Je pense au contraire que ce n’est qu’un outil de plus pour harceler les automobilistes et les culpabiliser.

L’an dernier, j’avais rédigé le texte ci-dessous en réaction à La Journée sans ma voiture.  Un an plus tard, et après réflexion, je regrette ce que j’ai écrit …. je regrette d’avoir été trop douce!   Un an plus tard, je persiste et signe!

Les grands prêtres du transport en commun ont le monopole de la parole depuis de nombreuses années. À leur tour maintenant d’écouter attentivement le point de vue des automobilistes exaspérés d’être pointés du doigt comme s’ils étaient des criminels notoires.

Tout d’abord, si tant de gens continuent de privilégier la voiture, ce n’est pas parce qu’ils ignorent l’existence des autres modes de transport, c’est tout simplement qu’ils la considèrent encore comme le moyen le plus rapide et le plus pratique de se déplacer. C’est facile de faire le procès de l’auto quand on est jeune, en santé, sans enfants et qu’on dispose de tout son temps. En revanche, quand on est parent, que l’on conduit ses enfants à l’école le matin et que l’on retourne les chercher le soir, que l’on transporte un lourd sac à dos, que l’on travaille, qu’il faut courir à l’épicerie, à la banque ou chez le nettoyeur, qu’il faut amener le plus jeune à son cours de musique et le plus vieux chez le dentiste et que les journées nous paraissent toujours trop courtes, se déplacer en auto permet de gagner un temps précieux qu’on peut consacrer à sa famille dans le confort de son foyer plutôt que de le perdre avec des inconnus dans un autobus bondé et souvent malodorant.

Ensuite, tous ces bien-pensants qui diabolisent la voiture semblent oublier qu’elle demeure le meilleur moyen de réduire l’isolement et les écarts de niveau de vie entre les riches et les pauvres. Grâce à elle, n’importe qui peut aller n’importe où, n’importe quand et pour quelque raison que ce soit, sans être limité par l’horaire du bus, sans devoir attendre sous la pluie ou dans le froid, et sans se demander si on aura une place assise. Posséder une voiture, c’est pouvoir rendre visite à sa famille en tout temps, faire son marché sans se soucier du poids de la boîte de savon à lessive et rentrer tard sans craindre pour sa sécurité. C’est être indépendant et autonome. C’est être libre!

Les inconditionnels du vélo ou du métro sont parfaitement libres de mépriser la voiture, mais de quel droit font-ils la morale aux automobilistes alors qu’ils ignorent tout des contraintes avec lesquelles ces derniers doivent composer? Pour qui se prennent-ils pour juger impérieusement leurs concitoyens dont le seul crime est de s’évertuer à concilier leurs obligations familiales et professionnelles?

Que les ennemis de la voiture s’inquiètent pour l’environnement est tout à leur honneur. Mais ils font fausse route en opposant l’écologie à la modernité. On ne déclare pas la guerre à l’une des inventions les plus libératrices du 20e siècle!!

Éco 101: favoritisme dans les CPE

Depuis l’entrée en vigueur des garderies à 5$ en 1998 (puis à 7$), les médias rapportent régulièrement des cas de favoritisme, voire même de corruption.  Aujourd’hui, c’était au tour de La Presse.

La ministre de la famille, Yolande James, a immédiatement déclaré qu’elle trouve cette pratique inacceptable.  Nous voici rassurés!

Mais ce qui agace le plus, c’est que Madame James donne l’impression de découvrir le phénomène, comme si ce dernier était anormal.  Pourtant, si elle avait la moindre notion du fonctionnement de l’économie, elle saurait que ce favoritisme est la conséquence inévitable d’un programme de contrôle de prix comme celui des garderies.  Voici donc un minuscule cours d’éco 101 pour notre ministre de la famille:

  1. L’État veut « aider » les familles moins nanties.  Il décide donc d’offrir des places à 7$.
  2. Ainsi, pour avantager une fraction de la population, Québec décide d’offrir à 100% de la population des places à tarif réduit.
  3. À 7$ la place, tous les parents se ruent vers les garderies.  Pourquoi embaucheraient-ils une gardienne à la maison, ou amèneraient-ils leurs enfants chez un parent ou un voisin alors que les garderies sont si bon marché?
  4. L’État subventionne un nombre précis de places.  Or, ce nombre est insuffisant pour satisfaire tous les parents.
  5. La quantité offerte de places dans les CPE est inférieure à la quantité demandée.  Inévitablement, une pénurie apparaît.
  6. Dans tous les cas de pénuries, des files d’attente (ou des listes d’attente) se forment.
  7. Ceux qui ont absolument besoin d’une place sont prêts à payer plus.
  8. Les gestionnaires de CPE réalisent qu’ils disposent d’une ressource très recherchée.  Alors pourquoi se contenteraient-ils de demander 7$ aux parents si certains d’entre eux sont disposés à payer plus?
  9. Mais comme il est illégal pour un CPE de demander plus de 7$ … et bien, les ententes se feront dans l’illégalité, tout simplement, comme le rapportent les médias.
  10. Et qui sont les parents qui ont les moyens de faire au gestionnaire du CPE « une offre qu’il ne peut pas refuser »?  Les mieux nantis, bien entendu!
  11. En voulant aider les moins riches, l’État a créé un système dans lequel les plus riches et les mieux connectés ont priorité.  Les autres n’ont qu’à attendre!

En ex-URSS, tous les prix étaient contrôlés.  Tout était bon marché … mais les magasins étaient toujours vides.  Résultat: Les Russes devaient consacrer plusieurs heures par semaine à attendre en ligne … à moins de faire partie de la nomenklatura (des privilégiés désignés par le parti communiste).

Quand on met en place un système soviétisé (comme le programme des CPE à 7$), il ne faut être étonner des résultats.

Quant à Mme James, son indignation de changera rien à la réalité.  La seule solution, c’est de changer le système.  Après tout, est-il vraiment nécessaire que tous les contribuables paient pour que des familles riches puissent avoir une place à tarif réduit dans des CPE?  Nous pouvons-nous pas nous contenter de financer ceux qui en ont vraiment besoin?

OnStar et le respect de la vie privée

Je n’ai jamais été à l’aise avec la technologie OnStar qui permet à la compagnie de savoir en tout temps où se trouve mon véhicule, d’écouter les conversations, et même d’arrêter le véhicule.  Ça ressemble trop à Big Brother, et on ne sait jamais entre les mains de qui ces informations peuvent tomber, et à quelles fins elles seront employées.  Jusqu’ici, je me rassurais en me disant qu’il suffit de refuser le service pour garder un peu de vie privée.  Mais ce n’est plus le cas.

La compagnie OnStar vient d’annoncer à ses 6 millions d’abonnés que désormais les recueillera et conservera toutes toutes les informations sur leurs clients quant à localisation du véhicule et à sa vitesse, et ce …. même pour les clients qui annulent leur abonnement!!!!  La raison invoquée par OnStar pour justifier cette décision: ça permet de simplifier les procédures dans l’éventualité d’un ré-abonnement.

J’espère qu’il est au moins possible de retirer physiquement la technologie OnStar du véhicule!  Si c’est le cas, je fait le paris que OnStar trouveras rapidement le moyen pour nous priver cette liberté.

Une réflexion s’impose : jusqu’à quand allons accepter l’invasion de notre vie privée????

Flashback – II

En 2008, pendant la campagne présidentielle, Obama avait déclaré que d’ajouter 4,000 milliards à la dette est non patriotique.  Ce petit vidéo est plutôt amusant quand on sait que l’administration Obama a fait augmenté la dette 4 100 milliards de dollars en 31 mois, l’équivalent de 131 milliards de dollars par mois. À titre comparatif, sous Bush, à qui l’on reproche d’avoir été très dépensier, la dette a augmenté à un rythme moyen de 51 milliards par mois.

Flashback

Aujourd’hui, le président Obama a annoncé son intention d’augmenter les taux d’imposition auxquels sont assujettis les plus riches.  Il est donc intéressant d’écouter ce qu’il avait déclaré en 2009   à propos des hausses d’impôts en période de récession.  Et on nous demande d’avoir confiance en la classe politique!?!?!

Au delà du conflit israélo-palestinien

C’est dans quelques jours que les Palestiniens demanderont l’adhésion à l’ONU.  Il faut donc s’attendre à une vaste couverture de la question, à beaucoup d’information mais aussi à beaucoup de désinformation.  Quand les médias parlent d’Israël, c’est  uniquement pour parler du conflit avec les Palestiniens.  Mais il n’y a pas que le conflit.  Israël, c’est bien plus que ça.  C’est aussi et surtout le pays qui nous a donné plusieurs des inventions qui nous sont maintenant indispensables.  Israël, c’est un véritable miracle économique!

Lors de sa création en 1948,  l’État d’Israël était constitué de quelques petites villes et beaucoup de petits villages.  Soixante ans plus tard, et avec une population égale à 1/1000 de la population mondiale, Israël

  1. a un niveau de vie qui le classe dans la catégorie des «pays avancés» selon les organisations internationales. Sa croissance a été de 4,7 % en 2010 et pourrait atteindre 5,4 % en 2011 selon l’OCDE;
  2. est l’un des plus importants pôles d’attraction en matière de technologie;
  3. compte plusieurs sociétés israéliennes parmi les leaders mondiaux du Hightech;
  4. est a l’origine de la technologie des boites vocales,  du système VoIP et AOL Instant Messenger,  de la clé USB et de la mémoire Flash;
  5. accueille les centres de recherches de Cisco, IBM, HP, Intel, Microsoft, Google, Yahoo ou Motorola;
  6.  invente le premier système de diagnostic du cancer du sein sans radiation, le premier système informatisé d’administration des médicaments à l’abri des erreurs humaines, la première caméra sous forme de gélule à avaler pour dépister les pathologies digestives, la plus petite caméra au monde (1 mm) destinée aux endoscopies, et le ReWalk (un système d’exosquelette qui offre aux paraplégiques la chance de retrouver l’usage de leurs jambes);
  7. est un leader mondial dans la fabrication de médicaments génériques (TEVA);
  8. compte plus de musées, de start-ups et de doctorats par habitant que n’importe où au monde;
  9. remporte 3 prix Nobel de Chimie et 2 d’économie entre 2002 et 2010;
  10. a développé le système d’irrigation goutte à goutte qui permet de substantielles économies d’eau;
  11. a développé la tomate-cerise;
  12. a inventé le traitement contre l’acné ClearLight
  13. est le premier pays à avoir adopté le processus de Kimberly qui vise à supprimer le trafic mondial de diamants de conflits;
  14. est un leader mondial en matière d’énergie verte;
  15. a inventé un système de détection des tsunamis et des tremblements de terre
  16. etc, etc.

Au delà du conflit, il y a toute cette énergie créative qui rend chaque jour service à la planète entière … ne l’oublions pas!

Une image vaut 1000 mots

À ceux qui se demandent pourquoi l’économie américaine ne lève pas …. cette image est éloquente et pédagogique.

Que vaut la vie d’un nouveau né?

Au Canada, la personne qui refuse de remplir le questionnaire du recensement est passible d’emprisonnement. Quant à celle qui tue son nouveau né et le jette dans la cours du voisin, elle est passible …  de rien du tout!!!!!

C’est du moins ce qu’il faut conclure à partir du cas de Katrina Effert.  Cette Albertaine avait 19 ans lorsqu’elle a étranglé son nouveau né avec ses sous-vêtements après avoir accouché en secret dans la sous-sol de la résidence familiale.  Ensuite, elle jette l’enfant au-dessus de la clôture pour l’envoyer chez les voisins.  Sentence?  Un juge de la Cour du Banc de la Reine à Edmonton a donné une condamnation avec sursis: Katrina Effert ne sera pas emprisonnée mais sera en probation pendant 3 ans.

Voici ce que la juge écrit:

“while many Canadians undoubtedly view abortion as a less than ideal solution to unprotected sex and unwanted pregnancy, they generally understand, accept, and sympathize with the onerous demands pregnancy and childbirth exact from mothers, especially mothers without support.”

Cela signifierait-il qu’un infanticide n’est en fait qu’un avortement très, très, tardif?  La vie d’un nouveau né ne vaut-elle plus rien?  Si c’est OK de tuer un nouveau né, qu’en est-il d’un bébé de 9 mois?  Et d’un enfant de 2 ans?  En fait, tant qu’à laisser la justice déraper, pourquoi ne pas tout simplement donner aux parents le droit de vie ou de mort sur leurs enfants?

Notre système judiciaire deviendrait-il immoral?  On dirait bien!